Skip to content

Blog.

Les bons plans et astuces pour démarrer votre projet de création d’entreprise

DANT - autoentrepreneur

Quand on est jeune, il n’est jamais facile de se lancer dans un projet entrepreneurial, et cela pour plusieurs raisons, complexités administratives, concepts théoriques et accès au financement difficile pour les jeunes aux faibles ressources et autres. Nous allons essayer, dans cet article de te donner quelques pistes pour éclaircir les différentes zones d’ombre qui peuvent te bloquer dans le lancement de votre aventure entrepreneuriale.



#1 – Les premières formalités pour se lancer dans l’entrepreneuriat

Ici, nous partons de l’hypothèse que votre activité est clairement définie et que la pertinence de celle-ci correspond à votre profil, et aux attentes du marché.

La première interrogation administrative à laquelle vous serez amené rapidement à répondre, est, sous quel statut vous souhaitez entreprendre? Plusieurs statuts existent offrant plus ou moins d’avantages et de contraintes en fonction de votre activité et de tes contraintes personnelles, pour aller vite il en existe 4, de statuts:

  • SA : Société anonyme
  • SAS : Société par action simplifiée
  • EURL/SARL : Société à responsabilité limitée
  • Auto entrepreneur

Il n’y a à proprement parler, pas un statut meilleur que les autres pour tous les cas de figure, son choix dépendra de plusieurs critères à savoir : votre situation personnelle, la maturité de votre offre, la taille de votre marché, la nature de votre activité, etc.

Pour faire ce choix, nous te conseillons vivement de passer par un expert comptable qui vous aidera à définir la forme juridique qui convient le mieux à votre situation particulière. À noter que plusieurs collectivités mettent en place dans leur soutien économique local des permanences gratuites d’experts comptables qui peuvent te conseiller et vous aider à débroussailler ce choix. Autre solution, l’ordre des experts comptables a mis en place une offre pour les créateurs d’entreprise, Business Story, offrant ainsi 3 rendez-vous de conseil gratuits avec un expert comptable.

Autre formalité à régler, donner un nom commercial à votre entreprise. Cette étape bien que ne représentant pas forcément de difficulté administrative particulière est importante et devra nécessiter un peu de réflexion. En effet, le nom commercial de votre entreprise sera un des premiers éléments que tes potentiels clients vont voir de celle-ci. Ce nom doit donc être simple à retenir et surtout correspondre au secteur d’activité de votre entreprise.

Ensuite, il te faudra penser à la domiciliation de votre entreprise, c’est-à-dire, définir son siège social. Cette adresse est l’adresse publique de votre entreprise et servira à tous les organismes, clients, fournisseurs qui souhaiteraient communiquer avec toi. Cette adresse peut être votre domicile ou bien celle d’un bureau/local si vous en possédez déjà un.

Enfin, il faudra définir un mode de prélèvement des impôts et autres obligations sociales de votre établissement. Il est plus simple d’utiliser le prélèvement à la source qui est applicable automatiquement, mais on peut aussi opter pour un autre régime à savoir le versement libératoire forfaitaire. Nous te conseillons pour ces questions un peu plus pointues, ici aussi, de te référer aux conseils d’un expert comptable qui vous orientera sur la meilleure option pour votre situation particulière. (Voir plus haut)



#2 – Comment financer son démarrage?

Pour lancer votre activité, il faudra prévoir une certaine somme d’argent qui te servira à financer le lancement de votre entreprise. Ces frais de lancement englobent les coûts administratifs de création, l’achat de matière première et/ou d’équipements voire même des frais de communication. En effet, ce “capital initial” va servir à l’amorçage de l’activité et à son financement pour les premières semaines en attendant que l’activité commence à générer des revenus.

Pour les frais d’établissement et autres premiers frais de création, nous vous invitons fortement à te renseigner auprès des collectivités et des chambres de commerce locales et régionales, sur le type d’aides et subventions auxquelles vous pourrez avoir droit type ACRE pour les bénéficiaires des allocations chômage, PIJ pour certaines collectivités d’Outre Mer et même des subvention de votre école/université pour les étudiants. Comme expliqué, ces aides dépendent souvent de votre statut (Étudiant, demandeur d’emploi, bénéficiaire de minimas sociaux type RSA, reconversion professionnelle) mais aussi de la région dans laquelle vous souhaitez vous implanter.

Un autre moyen malin pour financer votre entreprise serait de chercher du « love-money » auprès de tes amis et proches, en les convainquant de la pertinence de votre projet. Et là, DANT peut vous être d’une très précieuse aide 😉.

DANT, application de financement participatif sur le modèle des tontines immatriculée auprès de l’ORIAS, est une alternative au financement classique proposé par les institutions financières. Il te suffira de te connecter sur l’application de créer un Dant et d’y inviter tes amis et tes proches simplement depuis votre répertoire téléphonique. En acceptant de rejoindre votre cercle de financement, tes amis et proches viennent de vous aider à financer votre projet!